La sécurisation de nos ­infrastructures : un enjeu majeur de société 2017-11-22T14:36:12+00:00

Réseau structurant

La sécurisation de nos ­infrastructures : un enjeu majeur de société

L’amélioration de la sécurité routière nécessite d’agir de manière coordonnée sur différents fronts : les usagers – via l’éducation, la prévention, la sensibilisation et la répression – mais également les véhicules et les infrastructures. Dans ce cadre, la SOFICO a consenti depuis 2010 des efforts considérables pour améliorer la sécurité de nos routes et autoroutes. Elle contribue ainsi activement à rencontrer l’objectif fixé par le Gouvernement wallon : arriver à moins de 200 victimes de la route en 2020, soit la moitié par rapport à 2010.

Le choix des projets à réaliser en priorité a été déterminé sur base des indicateurs de sécurité routière et d’autres indicateurs techniques. Les besoins sont identifiés par des statistiques d’accidents ou par des inspections sur le terrain. Ils peuvent également provenir de demandes diverses (services internes, autorités communales, police, riverains).

Un des objectifs de ce programme d’investissement lié à la sécurité est de traiter en priorité les obstacles latéraux sur les voiries du réseau structurant.
Une autre impulsion est la sécurisation des dernières routes nationales à trois bandes (avec bande centrale affectée aux dépassements des véhicules des deux sens de circulation) et des routes à quatre bandes sans séparateur central. Il s’agit ici de revoir tous les anciens types d’infrastructures qui ne répondent plus au standard actuel de sécurité routière.

La SOFICO réalise également, deux fois par an, des campagnes de sensibilisation aux règles de sécurité routière ou au bon usage des infrastructures routières. Chaque campagne est visible pendant un mois sur les 300 panneaux d’affichage qui bordent les autoroutes et routes nationales de Wallonie.

Chantiers majeurs à réaliser entre 2016 et 2020…

…sur le réseau autoroutier

  • E420/N5G – Contournement de Couvin (Phases 3&4)
  • N5 – Walcourt : Réhabilitation & sécurisation de la E420 (phase complémentaire) Phases 2, 3, 3bis, ter»
  • E411 / N257 – Wavre : Optimisation de l’échangeur n° 5 de Bierges
  • E42/A7/N545 – Quaregnon : Création d’un échangeur à Quaregnon et d’un giratoire à St-Ghislain
  • N4 – Réhabilitation et sécurisation de la traversée de Tenneville
  • R52 – Tournai – Sécurisation des Boulevards
  • E411 / N257 – Wavre : Optimisation de l’échangeur n° 5 de Bierges
  • N4 – Sécurisation de la section Martelange – Perlé – La Corne
  • R24 – Nivelles : Réhabilitation du contournement de Nivelles et aménagements des giratoires de la N27, Petit-Roeulx, N586 et rue de l’Industrie
  • N90 – Charleroi : Sécurisation de la traversée d’agglomération – Porte ouest

…sur le réseau des routes nationales

  • N62 – Contournement d’Oudler – Liaison Saint-Vith – Grand-Duché du Luxembourg
  • N60 – Leuze-en-Hainaut : Modernisation de la traversée et de la place
  • N30 – Liège : Sécurisation de la traversée de Chênée
  • N89 : Sécurisation de carrefours entre Saint-Hubert et Champlon
  • N50 – Mons : Aménagements Grand Large – Carrefour du Lidl
  • N62 – Contournement d’Oudler – Liaison Saint-Vith – Grand-Duché du Luxembourg
  • N5 – Genappe : Sécurisation – N271/N93 : Giratoires de la Gendarmerie & 4 Bras de Baisy-Thy
  • N5 – Waterloo : Aménagement de sécurité – Ferme Mont Saint-Jean
  • N3 – Thimister / Clermont / Welkenraedt / La Calamine : Sécurisation de la voirie
  • N4-N93 – Belgrade : Création d’un giratoire (Long-point)

La Commission Provinciale de la Sécurité Routière (CPSR)

La CPSR a pour objectif de se prononcer sur les questions de sécurité routière sur le réseau routier régional, dont le réseau structurant, principalement par rapport aux aménagements de l’infrastructure (ronds-points, passages piétons, pistes cyclables…) et aux limitations de vitesses.

Cette commission, qui émane des directions territoriales de la DGO1 du Service public de Wallonie, se compose également de représentants de divers services du SPW (Droits des usagers, Equipements électromécaniques…), de représentants la SOFICO, de la Commune impliquée mais aussi, en fonction du sujet traité, d’experts mobilité (IBSR), de la Police, d’organismes tels que la SRWT, les TEC, INFRABEL, ou encore toute autre acteur concerné (représentant de comité de quartier, directeur d’école…).

+ de 400 tués sur les routes wallonnes en 2009

– de 300 tués sur les routes wallonnes en 2016

Objectif 2020 : – de 200 Le budget nécessaire pour la réalisation des projets de sécurisation sont estimés à près de 140 millions d’euros sur la période 2016-2020

PRÉCÉDENT
SUIVANT