Édito 2017-11-23T10:28:16+00:00

Édito

Qu’est-ce que la SOFICO ?
Chaînons manquants
Réseau structurant
Télécommunications
Énergies renouvelables
Conclusion & Annexes

2016 : la redevance poids lourds assure l’avenir de la SOFICO

L’année 2016 était inscrite en lettres capitales sur le calendrier de la SOFICO. Elle devait en effet voir se concrétiser une étape majeure pour l’avenir de l’entreprise : l’entrée en vigueur du prélèvement kilométrique destiné aux poids lourds.

Après une année presque complète de perception, on peut souligner que le système a pris son rythme de croisière. Il permet ainsi à la SOFICO, percepteur de ce péage et gestionnaire du réseau structurant, de réinjecter les montants perçus dans l’amélioration de l’état des routes, de la sécurité des usagers, ainsi que de leur confort.

Corrélativement, le Plan Infrastructures, digne successeur du Plan Routes, a pu être présenté au début de l’année 2016. Il détermine, pour les années 2016 à 2019, les chantiers prioritaires de réhabilitation sur le réseau structurant.

Par ailleurs, la réalisation de chaînons manquants se poursuit, que ce soit à Couvin, avec le lancement de la dernière phase du contournement autoroutier, ou encore sur la voie fluviale avec l’obtention du permis pour la réalisation de la nouvelle écluse d’Ampsin-Neuville dont les travaux devraient débuter dans le deuxième semestre de l’année 2018.

2016 a aussi été une année tournée vers l’avenir, avec le lancement de projets en lien avec le concept d’autoroutes intelligentes, qui permettra de lutter au mieux contre le phénomène de congestion rencontré aux portes de certaines grandes villes. Ainsi, un nouveau Centre Perex 4.0, à la pointe en matière de nouvelles technologies, verra le jour à l’horizon 2019 et un nouvel éclairage intelligent équipera d’ici quelques années nos autoroutes. En matière de télécommunications, la poursuite du développement du réseau fibre optique de la SOFICO permettra également de mieux gérer le réseau routier et les voies navigables tout en continuant à équiper les zones grises et blanches les moins connectées, en droite ligne avec le Plan Numérique. La mobilité de demain passera inévitablement par des infrastructures de qualité mais également par une réflexion sur la manière de guider les usagers ; deux facettes d’un même problème que la SOFICO aborde de manière ambitieuse.

Enfin, en 2016, le développement de projets d’énergies renouvelables sur le domaine de la SOFICO a eu le vent en poupe : un projet « grand éolien », qui permettra d’équiper les aires de stationnement autoroutières d’éoliennes de grand format a été lancé. Un projet « multi-énergie », visant à implanter le long des infrastructures SOFICO des sources diverses et variées d’énergies vertes a également été initié. Il s’agit d’autant de nouveaux apports d’énergies « positives » qui viendront compléter les programmes déjà enclenchés par la SOFICO et qui se poursuivent, comme l’équipement de barrages de la Meuse, de la Sambre et de l’Ourthe par des centrales hydroélectriques mobiles. Autant de projets complémentaires qui concourent à épauler la Wallonie dans les objectifs fixés lors de la Cop 21 !

Jacques DEHALU,
Administrateur délégué

Eric PONCIN,
Président